Vendredi, Novembre 15, 2019
   
Taille

Recherche

image image image image image image
La contestation s'étend.   La contestation s'étend en tache d'huile !
  Fort utilement prévenus par un coup de fil anonyme, nos reporters ont pu se rendre, aujourd'hui 15 décembre 2013, à Issy les Moulineaux où, sous prétexte de la célèbre "Corrida de Noël", de très nombreux "bonnets rouges" s'étaient discrètement joints aux coureurs afin de déjouer la vigilance des forces de l'Ordre.
Plus de trois millions de chômeurs !   3.224.600 ... à la fin du mois d'avril 2013 pour être précis, tout en respectant un mode de calcul qui a toutes les chances de changer si cette évolution se poursuivait.

En Italie, un nouveau Pape a été élu il y a peu, et le choix de son nom de règne est un hommage rendu à Saint-François, le Saint des Pauvres.
Les finances de la France. Il n'y a donc pas que la France qui accumule les trous, mais comme pour elle, la seule question qui s'est posée était de savoir si l'on comblait le trou ou bien si l'on mettait un panneau.

Mettre un panneau a probablement été ce qu'il y avait de plus simple !
L'Exception Culturelle Française. Nous sommes l'un des rares pays où, dès le plus jeune âge, un spectacle familial inculque aux enfants que le fait de taper sur le gendarme est, non seulement amusant, mais tout à fait normal.
Recherche compétences, désespérément. Il est quelque part rassurant de constater que, même chez les pompiers, la compétence de la hiérarchie pose question. En effet, ce n'est pas le seul secteur où un tel problème se révèle, et nous le constatons quotidiennement.
La boîte de Pandore du secteur public. Article UN de la boîte de Pandore de la Fonction et du Secteur publics. Dans les années 70, François de Closets avait écrit un livre qui reste d'actualité... "Toujours plus".

Le leitmotiv des syndicats restant, lui, "surtout pas moins".
Il semblerait qu'il y ait, finalement, deux sortes de Socialistes. Ceux qui sont dans l'opposition et ... ceux qui sont au pouvoir. Ce n'est pas possible, ce ne sont pas les mêmes ! Les seconds sont très bien et mériteraient de se voir décerner des "UMP" d'or, d'argent et de bronze...
"Celui qui n'a qu'un marteau voit des clous partout. L'homme politique, lui, voit des lois à promulguer sur tout."
"Charges sociales, enfer fiscal, lourdeurs administratives, irresponsabilité syndicale : tout chef d'entreprise qui n'a pas délocalisé, alors qu'il pourrait le faire, devrait, tout à la fois, recevoir la Légion d'Honneur, sans même la demander, et une injonction thérapeutique à consulter un psychiatre."
L'abus de loi est dangereux pour la santé. Légiférez avec modération.
"Pour les uns, moins d'impôts, c'est moins de fonctionnaires, pour les autres, moins de fonctionnaires, c'est moins d'impôts. Faute de pouvoir trancher, votons."
"Le politiquement correct, c'est comme les histoires de cul. On n'ose pas raconter celles que l'on connaît, mais on est très content qu'un autre le fasse."
"Au début des années 1970, Pompidou disait : cessez d'emmerder les Français ! Certains vieux en parlent encore, avec nostalgie, le soir à la veillée."
"Une élection, c'est un mariage d'amour entre le peuple et un candidat. Mais, en cas de divorce, rien ne règle le sort des dettes nées de cette union."
"Une grève des transports, c'est une France qui se lève tôt, très tôt, pour arriver quand même à l'heure."
"La modernisation de l'État réalisée par l'État ? Jamais ! Autant demander à un cancer le choix du traitement ! Il n'y aura que La Rue qui pourra l'obtenir."
"Taxe sur le bruit, le carbone, la pollution, taxe Chirac sur les billets d'avion, etc.. en France, tout problème possède sa solution : une taxe spécifique de plus !"
"Un service minimum dans les transports ? Nous l'avons déjà. Par contre, une idée à creuser serait celle d'un service maximum !"
"La politique ? C'est comme dans une discothèque, on laisse d'abord entrer les habitués."
...Il y a les "people" et puis il y a le Peuple. Et on a un peu oublié le peuple... ( dixit un homme politique UMP )

Le changement ...

 

Hollande
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

... et bien, c'est pas pour maintenant !

Sempiternellement les mêmes recettes usées jusqu'à la corde, le même recours à l'impôt, aux taxes et aux prélèvements. L’État est obèse, pléthorique, dispendieux, irresponsable et, bien que cela fasse des dizaines d'années qu'on le sache, que la Cour des comptes le dise et le répète sans cesse, confirmant s'il en était besoin les rapports Pébereau en 2005 et Attali en 2010, au lieu de prendre nos problèmes structurels à bras le corps, on va comme d'habitude au plus simple, au plus pressé et au plus démagogique.

Le clientélisme, à la fois électoral et syndical, n'en finit pas d'être érigé en mode de gestion de l'économie en lieu et place d'une saine gestion des deniers publics. Des réformettes, un saupoudrage d'aides, de redistributions et d'embauches d'emplois artificiels, à défaut d'être fictifs, et donc financés par de nouveaux impôts. Cet éternel procédé qui consiste à donner, d'une main, ce que l'autre ne pourra bientôt plus prendre faute de pouvoir trouver encore des "riches" auxquels on pourra faire les poches...

Au sein, au moins, de l'une des plus célèbres chaine de fast food, il existe un tableau honorifique, près des caisses, celui de l'Employé du mois, je propose de s'en inspirer et de créer le statut enviable du "Taxeur du mois" afin de récompenser celle ou celui qui aura levé la taxe à laquelle personne, jusque là, n'avait encore pensé.

Il est évident que l’État a des engagements auxquels il doit faire face, c'est certain, mais il devrait enfin se pénétrer de l'idée que les Français ont, également, leurs propres engagements et qu'ils aimeraient pouvoir y répondre et pouvoir investir et songer à leur avenir sans se demander, chaque beau matin, à quelle sauce ils pourraient bien être encore mangés ou quelle règle du jeu va encore changer en cours de partie.

Tout ceci est d'autant plus curieux, pour ne pas employer de pire qualificatif, qu'après la Commission européenne et la Cour des compte, l'Inspection générale des finances, à Bercy, a rendu un rapport commandé à l'automne 2011, par François Fillon lui-même, afin d'identifier les leviers d'action qui permettraient de faire, également, contribuer l’État au redressement des comptes publics. Finalisé en pleine campagne électorale, donc en période dite "de réserve", ce rapport de 122 pages, au titre évocateur de "Maîtriser les dépenses de l’État", ne fut pas rendu public mais en juin 2012, donc au moment de s'atteler à la préparation du budget 2013, la nouvelle équipe gouvernementale l'avait fatalement entre les mains.

"La réforme de l’État faite par l’État ? Vous rigolez ! Autant demander à un cancer le choix du traitement..."Il est à la fois riche d'enseignements, comme on le dit si bien en termes journalistiques, mais il est surtout, et une fois de plus, la confirmation de ce que l'homme de la rue pressent instinctivement, surtout s'il s'est déjà trouvé à "découvert" à la banque, à savoir que la priorité est de faire porter l'essentiel des efforts sur la réduction des dépenses. Les auteurs de ce rapport enfoncent le clou en insistant sur le fait qu'une « trajectoire de retour à l'équilibre qui reposerait essentiellement sur une hausse des recettes singulariserait la France et serait contradictoire avec les efforts visant à améliorer la compétitivité de son économie et le pouvoir d'achat des ménages. »

Il est difficile d'être plus clair mais il est également difficile de ne pas constater, avec un an de recul, à quel point cette préconisation, pourtant de simple bon sens, fut allègrement et aussitôt piétinée. De plus, et en fonction du taux de la croissance à venir, plusieurs modèles économiques restaient retenus dont celui pérennisant la stratégie du précédent gouvernement qui visait principalement, pour les trois quarts, à agir sur les dépenses publiques en réalisant une économie de 56 milliards d'Euros et, pour les seules dépenses de l’État, 21 milliards et ceci entre le rendu du rapport et 2016, soit quatre ans.

Ne vous réjouissez pas trop vite, rien de tout cela ne signifiait que nous allions, enfin, vers une bénéfique et salvatrice réduction des dépenses de l’État, soit environ 365 milliards d'Euros par an, non pas vraiment, mais que celles-ci verraient leur progression réduite de ... moitié !

L'Inspection générale des finances envisageait un autre scénario et, hasard ou logique économique, il recoupait le calendrier du Parti Socialiste consistant à reporter l'équilibre économique à l'horizon 2017. Un report qualifié de judicieux par l'IGF en cas de reprise peu "vigoureuse" et qui ramenait l'effort d'économies concernant les seules dépenses de l'Etat à 3,9 milliards au lieu de 5,3 milliards par an dans le scénario précédent. Et même moins encore, à écouter le Parti Socialiste, puisqu'il entendait, lui, faire porter les efforts pour moitié sur les recettes et pour moitié sur les dépenses...

"Y'a qu'à... faut qu'on..."

Ce n'est pas si simple que cela, détrompez-vous, car même en laissant de côté, par exemple et parce qu'elles sont pratiquement incompressibles, la charge de la dette ou les diverses dotations à l'Europe, les économies à réaliser par rapport à l'évolution tendancielle représentaient, en 2012, une baisse de 8% pudiquement nommé "taux d'effort" des autres dépenses ! Un niveau considérable car les leviers identifiés sont socialement, syndicalement et électoralement particulièrement sensibles, surtout à quelques mois des municipales, puisqu'il ne s'agit rien moins que de la baisse du nombre de fonctionnaires, le gel de leur salaire et/ou celui de leur avancement, le gel des pensions, le réexamen des dépenses d'intervention c'est à dire les diverses et multiples prestations et subventions etc..

Milliards d'Euros Leviers d'actions envisagés en 2012
3,2 Baisse de 2% par an des dépenses d'intervention.
1,2 Gel des promotions.
0,9 Non remplacement d'un départ à la retraite sur deux.
0,7 Gel des retraites.
0,7 Opérateurs de l’État : effectifs - 1,5% et dépenses de fonctionnement - 2,5%.
0,6 Désindexation des prestations.
0,5 Gel du point de la fonction publique.
0,5 Baisse de 2,5% des dépenses de fonctionnement de la Défense.
0,4 Gel des investissements militaires.
0,3 Baisse de 2,5% des dépenses de fonctionnement de l'administration.

A côté de ces leviers structurels, sur les 57 milliards d'Euros de dépenses d'interventions, soit ce que rapporte en gros l'impôt sur le revenu, une dizaine d'entre elles pèsent pour moitié.

En commençant par les prestations d'ordre social, l'allocation adulte handicapé pèse 7,5 milliards, les diverses aides au logement pèsent 5,6 milliards, les retraites de la SNCF pèsent 3,4 milliards, les prestations aux anciens combattants pèsent 3 milliards et, pour finir, les bourses aux étudiants pèsent 1,7 milliard.

Si, maintenant, nous tournons le regard du côté des subventions, on découvre que le Réseau Ferré de France nous coûte 2,5 milliards, les contrats aidés, eux, 1,8 milliard, l'assistance éducative, elle, 1,5 milliard, le Fond européen de développement, lui, 900 millions et l'hébergement d'urgence, pour finir, quelques 600 petits millions. Tout ceci, bien sûr, par an et fondé sur des chiffres d'il y a un an. Il est croustillant de noter que si nous n'avions pas cette foutue dette dont les seuls intérêts sont équivalents, à la louche, au montant de l'impôt sur le revenu et toutes choses étant égales par ailleurs, nous serions un "paradis fiscal" faute de voir celui-ci encore nécessaire. Par ailleurs, et pour rester dans la même ligne, même en étant "solidaires" des actions de nos chers cheminots, il est bon de noter que 5,9 milliards d'Euros, soit plus de 10%  du montant de notre impôt, contribuent à entretenir les rails de leurs petits trains tout autant que le "train" de vie de leurs vieux jours...

Certes, quelques petits "bouts de chandelles" pouvaient encore être grapillonnés, par çi par là, sur les dépenses de fonctionnement mais les marges de manœuvre apparaissaient déjà, il y un an, comme très faibles. Bref des choix difficiles et qui ne concernent que des sujets qui fâchent !

Pris au piège des promesses.


"Tous les scénarios étudiés sur la croissance et la répartition de l'effort entre dépenses et recettes conduisent à la nécessité d'engager d'importantes réductions des dépenses de l’État sur la durée de la prochaine mandature. L'Etat devra donc mobiliser une large palette de leviers portant sur l'ensemble des dépenses."

I.G.F., Bercy, 2012.

Il ne fait aucun doute qu'entre les promesses de campagne qui vont [allaient] depuis la création des 60.000 postes dans l'éducation nationale, les contrats "aidés", de "génération" ou, encore, "d'avenir" jusqu'aux 750.000 personnes supplémentaires ( 400.000 nouveaux bénéficiaires de la CMU-C et 350 000 de l’ACS ), de bénéficier d’une aide à la complémentaire santé en passant par toutes les hausses directes de prélèvements ou de multiples suppressions d'abattements fiscaux et la hausse, qu'il ne faut pas oublier, de la TVA au premier janvier 2014, je ne peux pas encore dire qui, de l'Inspection générale des finances ou du gouvernement, aura raison.

Mais je reconnais avoir quelques doutes. Gardant très présentes à l'esprit les promesses électorales mirobolantes de François Mitterrand en 1981 et surtout les funestes conséquences économiques parfaitement prévisibles de celles-ci dès 1983, j'aurais une certaine propension à m'exprimer à la façon des enfants ... "l'équilibre des comptes ? Même pas en rêve !"

Tant que, face à la compétition internationale, nous resterons arcboutés sur un "modèle social" qui privilégie la redistribution voire, parfois même, la simple "distribution", au détriment de la compétitivité et de la productivité qui la conditionne, nous n'en sortirons pas mais, ce qui est absolument certain, c'est qu'en persistant dans une telle direction, nous continuerons inlassablement à fabriquer du chômage, des délocalisations, des faillites, de la pauvreté sans oublier l'exil qu'il soit fiscal, entrepreneurial ou de diplômés brillants, alors qu'ils sont le sont à nos frais, bref de ceux dont on a le plus grand besoin, tout en feignant de ne pas très bien comprendre pourquoi.

Le fou qui se tape sur la tête.

Tout le monde connait la vieille histoire de ce fou qui, avec un marteau, se tape mécaniquement sur la tête et qui, à la question de savoir pourquoi il fait ça, répond, avec une logique imparable, "vous n'imaginez pas à quel point cela me fait du bien lorsque j'arrête". Et bien, même avec beaucoup d'objectivité, je reconnais avoir beaucoup de mal à ne pas penser à cette histoire lorsque j’entends parler de "Pause fiscale" d'autant que le mot pause ne signifie rien d'autre qu'une nouvelle forme de "ni... ni...", c'est à dire ni augmentation ni diminution, alors que la France active a le plus urgent et vital besoin de cette dernière.

Quelle est la question, finalement ?

Elle n'est, à l'évidence, pas de savoir ce qu'il faut faire, ça, on le sait tous, mais comment le faire. Comment, en effet, concilier redistribution "socialiste" et promesses électorales avec une efficacité économique qui permette de le faire sans, d'un côté, tuer la poule aux œufs d'or ou, plutôt, ne pas voir celle-ci quitter le poulailler Français ni, de l'autre, voir les "pouvoirs intermédiaires", syndicaux, administratifs ou autres défiler dans la rue et bloquer le pays puisqu'il n'en n'a manifestement plus les moyens ?

Choc de "simplification", c'est bien, choc de "compétitivité", c'est mieux et même si, en laissant de côté certaines autres décisions et orientations, tout ceci part d'un bon sentiment et va indiscutablement dans le bon sens, je me demande si la meilleure méthode ne serait pas, après tout et tout simplement, de faire ce que j'espérais, d'ailleurs, de Sarkozy en 2008 à savoir mettre les chiffres sur la table, les vrais, à seule fin de prendre le Peuple à témoin et d'être à même de lui poser la seule question qui vaille : "on continue... comme ça... ou on réforme ?"

J'ai une confiance absolue dans la "force invincible du portefeuille", celle qui l'emporte, sans coup férir et haut la main, sur l'idéologie et les syndiqués à l'égard même de syndicalistes qui, bien souvent et par jusqu'au boutisme, les ont envoyés dans le mur ! Si le Parti Socialiste devenait, par nécessité économique, un authentique parti libéral "social" misant sur une saine et véritable concurrence profitant, finalement, aux plus modestes, ce qui ferait de lui le seul véritable en France... je reste cohérent dans ma démarche... je prends ma Carte et ce sera, concernant un Parti Politique, la toute première de ma vie.

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.
Move
-

2012-2017, ou les Grandes Illusions

Top Headline
J'en suis à me demander...

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Nombreux sont ceux qui se demandent, encore aujourd'hui, si le Président sortant n'aurait pas, avec un certain machiavélisme, délibérément laissé le volant à son adversaire. Certes, meublant les conversations des dîners en ville, cette réflexion peut aussi constituer une forme...

Read More...
Y en a qui y ont cru !

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Il y a tout juste un peu plus d'an, en mai 2012... Persuadés qu'un certain Sarkozy, Nicolas de son prénom, avait été aussi néfaste à la France que, de leur temps, les dix plaies l'avaient été en Égypte, 51,62% des électeurs l'ont balayé, lui et son équipe, d'un revers de...

Read More...
Le changement ...

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur ... et bien, c'est pas pour maintenant ! Sempiternellement les mêmes recettes usées jusqu'à la corde, le même recours à l'impôt, aux taxes et aux prélèvements. L’État est obèse, pléthorique, dispendieux, irresponsable et, bien que cela fasse des dizaines d'années qu'on...

Read More...
La croisée des chemins.

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur A mon âge, je dois concéder que de nombreux Présidents m'ont aidé à éteindre les bougies, sans cesse plus nombreuses, de mes gâteaux d'anniversaires. De Gaulle a participé à souffler celles de mes sept ans puis de mes quatorze, Pompidou celles de mes dix-huit, tandis que Giscard,...

Read More...
L'impérative mue du PS.

Un record absolu d'impopularité !   Avec l'aimable autorisation de l'auteur « A force de baisser dans les sondages... elle va finir par trouver du pétrole. » André Santini, à propos d’Édith Cresson. Or, selon le tout dernier sondage de l'IFOP à la date de cet article, seulement 20% des Français seraient [ encore...

Read More...
31 décembre : La Mue !

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur François Hollande a prononcé ses vœux le 31 décembre à 20 heures piles et ce n'est qu'aujourd'hui, le 12 janvier 2014, que je parviens enfin à rédiger un commentaire, c'est vous dire à quel point je suis resté dubitatif sur le contenu surtout dans le tumulte des opérations...

Read More...
Municipales 2014.

Chronique d'une "branlée" annoncée. Avec l'aimable autorisation de l'auteur S'il est une grande tradition, sous la Vème République, c'est celle de voir le résultat d'une élection présidentielle contredit par les élections locales qui lui succèdent. A croire que l'électorat, pris retrospectivement d'un brusque accès...

Read More...
Européennes 2014.

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Si les Technocrates de Bruxelles ont, en ce qui les concerne, toutes les raisons du monde d'être pleinement satisfaits du monstre qu'ils ont façonné et dont ils vivent, plutôt bien d'ailleurs, du côté du Citoyen-électeur Français mais aussi Grec, Portugais, Espagnol ou Chypriote,...

Read More...
Le Rubicon est franchi !

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Mon père, que j'adorais, nous a quitté il y aura bientôt un an, le 25 juillet, et il ne se passe pas un jour, depuis cette date, sans que je pense à lui ou que la vie quotidienne, elle-même, m'en procure l'occasion et ce fut le cas, et c'est peu de le dire, au soir des élections...

Read More...
La Cocotte-Minute...

La Cocotte Minute. Depuis quelques années, d'élection en élection, il faut être aveugle ou, tout simplement, un "Bobo" garanti grand-teint résidant au sein d'un arrondissement de Paris à un seul chiffre, pour ne pas accepter de regarder la réalité en face. Le "problème de l'immigration" est devenu le principal élément de langage du jeu électoral tout en entretenant une ligne de partage...

Read More...
Départementales 2015...

... ou la Fin d'un Monde ! Ce site, dont le sérieux est unanimement reconnu, ne pouvait manquer d'informer ses fidèles lecteurs d'une incroyable découverte*. En effet, si tout le monde se souvient que le célèbre calendrier Maya ou, plutôt les analyses qui en avaient été faites, annonçait que la "fin du monde" aurait lieu le 21 décembre 2012, fort heureusement pour nous, rien ne s'est déroulé...

Read More...
Régionales 2015...

... Et le piège s'est refermé !
Avec l'aimable autorisation de l'auteur Le brillant résultat des élections régionales passées, pourtant parfaitement prévisible à la lumière des diverses consultations précédentes, ne peut que remettre au goût du jour cette formule de Bossuet... "Dieu se rit des hommes qui se plaignent...

Read More...
Un remake de L'Aveu.

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Ce n'était nullement par hasard que, dès l'élection de François Hollande, j'avais intitulé cette rubrique "2012-2017 ou Les grandes illusions" puisqu'il était parfaitement prévisible que ces "illusions" seraient fatalement perdues, que les électeurs "socialistes" découvriraient...

Read More...
Move
-

2017... CHERCHE NOUVEAU MONDE DESESPEREMENT

Top Headline

Cela fait de nombreux mois, déjà, que ce site n'avait pas vu de nouvel article. C'est vrai, mais les attentats, Bataclan et Hyper Casher pour ne citer que ceux là, m'avaient quelque peu fait perdre une forme d'humour et d'ironie que je cultivais jusque là. Mais, aujourd'hui, entre les Gilets Jaunes, les Gilets "Noirs", les soirées festives qui dégénèrent à chaque occasion en prétexte à...

Read More...
Move
-

Elections 2012

Top Headline

Plus que des mensonges, l'amnésie ! Lors de son discours à Annecy, hier soir, Nicolas Sarkozy, maintenant candidat, a traité François Hollande de menteur... Ce matin même, interrogé par Jean Michel Apathie sur RTL, François Fillon a, de nouveau, traité François Hollande de menteur...

Nous ne nous sommes pas donné le mot, soyez-en assurés, mais je ne peux qu'ajouter ma modeste...

Read More...
Deeeeumandez l'program !

Le programme. Mais il n'y en a qu'un, un seul et unique, celui du FMI et de Bruxelles. Il est évident qu'au niveau Hexagonal, chacun de nos candidats y va du sien, du plus farfelu au plus raisonnable, c'est logique et c'est son droit le plus strict, mais tant que nous aurons ces dettes et ces déficits sur le dos, il peut bien promettre tout ce qu'il veut, il peut même en arriver à se faire élire,...

Read More...
Social ou ... Socialisme ?

Par un abus de langage qui ne date pas d'hier, loin s'en faut, un bon nombre d'électeurs confondent encore "Socialisme" et "social", convaincus que le premier contiendrait, de fait, le second.

Souvenons-nous, sans avoir la mémoire trop courte, que nous avons eu, en 1981, un Gouvernement Socialiste garanti grand teint puisqu'il s'y retrouvait, même, un certain nombre de Ministres Communistes. Read More...

Et le lauréat est finalement...

... François Hollande ! Septième Président de la cinquième République, élu avec 51,62% des suffrages contre 48,38% et, donc, très loin du raz de marée que les médias, sondages, journalistes et autres pythies de mauvais augures avaient laissé entendre pour avoir, parfois, pris leurs désirs pour des réalités. Avec l'aimable autorisation...

Read More...
Sombres pronostics.

Depuis bien des années, il nous est chanté sur tous les tons que ... "l'automne sera chaud" ! Prédiction, pour ne pas dire incantation, bien plus en rapport avec le climat social houleux souhaité par certains, qu'avec un éventuel réchauffement climatique mais fort heureusement, et à l'image de soeur Anne, nous n'avons, jusqu'à présent,jamais rien vu venir. Par contre, pour ce qui est de la...

Read More...
Elections, piège à ... !

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Comme je ne souhaite pas employer le moindre gros mot, je ne complèterai pas le célèbre slogan de 68 mais, s'il est vrai que notre pauvre Chirac peut avoir quelques raisons médicales d'oublier le nom du Président de la République en activité, je suis stupéfait de constater le...

Read More...
État de disgrâce.

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur Il est facile, tout comme ils l'ont fait pendant cinq ans, de critiquer, de comparer l'évolution de la cote de popularité de l'équipe gouvernementale au record de chute libre de Baumgartner, d'affirmer que le Président manque de charisme, de supputer l'ascendant que pourrait, ou...

Read More...
Voeux 2013, à nos souhaits !

  Avec l'aimable autorisation de l'auteur   Il est des exercices difficiles, pour ne pas dire dignes du Guiness des Records, et je crains fort que les premiers souhaits de Nouvel An de notre nouveau Président n'entrent résolument dans cette catégorie. Entre une chute vertigineuse de sa popularité en six mois à peine,...

Read More...
Post-néo Colonialisme.

    Avec l'aimable autorisation de l'auteur Il fut un temps, pas si lointain que ça d'ailleurs, où l'action d'un Président se mesurait à l'aune des "grands travaux" qu'il confiait à la postérité... alors que, maintenant, il semblerait que la mode évolue et que chacun doive y aller de sa petite guerre coloniale. Certes,...

Read More...
Move
-

Economie

Top Headline
La Théorie du Curseur.

Je dédicace ce court article à Mesdames Eva Joly et Nathalie Arthaud ainsi qu'à Messieurs Jean-claude Mélenchon, François Hollande et Philippe Poutou puisque, comme toujours dans notre beau pays,...

Read More...
Le Grand Malentendu.

Sur la base de prélèvement obligatoires minimaux et hors impôts.



Les chiffres sont exacts et le nombre de billets correspond à "un salaire brut de 100", à quelques arrondis...

Read More...
Macroéconomie niveau C.P.

Je sais, par avance, que ce petit schéma va paraître simpliste, pour ne pas dire infantile, à tous nos grands experts de l'économie. Ceci étant et avant de le mépriser, il n'en possède pas moins...

Read More...
Nobel d'économie 2014.

    Avec l'aimable autorisation de l'auteur Le prix Nobel d'économie 2014 vient d'être attribué au Français Jean Tirole,...

Read More...

Paraboles

  • French Touch of Efficiency. Deux entreprises, dont une Française, décident d'organiser une course d'aviron dans le but de montrer leur savoir-faire...
  • I had a dream... J'ai fait un rêve ... ... Un rêve dans lequel nous retrouvions, enfin, des Hommes d'État et non plus des hommes politiques,...
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7

Facebook Fan Box

Connectés

Nous avons 292 invités en ligne

Connexion