Samedi, Juillet 20, 2024
   
Taille

Recherche

2024, saut dans l'inconnu...

...un inconnu capable du pire.

Noel et nouvel an
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

Avant tout, je tiens à remercier les fort nombreux lecteurs qui me sont restés fidèles, en dépit d'une longue interruption dans mes publications.

En effet, depuis mon agression, en juillet 2020, et, surtout, les suites juridiques qui lui furent données, c'est à dire rien, strictement rien, tout en ayant la très désagréable sensation d'être un infréquentable citoyen osant être mécontent d'avoir dû vendre chèrement sa peau face à trois "chances pour la France". Je me suis donc retrouvé, au tribunal, face à une Magistrate qui, malgré un jeu de radios attestant d'une fracture tassement vertébrale, a tenté de m'expliquer qu'il ne s'agissait en aucun cas de cela.

Comme quoi, notre Magistrature possèderait plus d'une corde à son arc et des compétences qui s'étendraient jusqu'à la médecine mais, hélas pour elle, je suis Praticien et je lui ai offert, cadeau de la maison, un cours d'orthopédie en détaillant les nombreux types de fractures, depuis celle en bois vert jusqu'à la célèbre comminutive, en passant par la fracture en "carreau de faïence", celle qualifiée de déplacée, ou non, ni la mienne où une de mes vertèbres a, tout de même, perdu 50% de sa hauteur !

Glissons, pudiquement, sur le fait qu'il m'a tout d'abord été vertement reproché de détenir une vidéo de cette attaque métropolitaine, insinuant, avec un courroux palpable, que j'aurais pu la récupérer ( irrégulièrement s'entend ) auprès des forces de l'ordre, alors qu'elle m'avait été transmise par une voyageuse et que, si la police la détenait, c'était pour la simple raison que je l'avais partagée avec elle...

Bref, à l'image de ce que depuis cette date et qu'évoquent sans cesse les réseaux sociaux et, parfois, les médias mainstream, si vous vous faites agresser, ne portez surtout pas plainte de peur d'être taxer de raciste, de contribuer par xénophobie à perturber des statistiques aussi flatteuses et rassurantes que biaisées, ne comptez guère plus sur la Justice puisqu'il sera hautement probable que l'on tentera de vous démontrer qu'il ne s'agit que d'une illusion de violence, d'une blessure imaginaire voire, même, d'une simple sensation de viol...

J'ai un certain âge et, jamais, je n'ai vu un tel gouvernement, une telle déliquescence des institutions, un tel manque de respect de celles-ci, une telle inversion des valeurs, un tel mépris du peuple et de ses opinions, une telle inconstance dans des décisions prises à l'aune d'un "en même temps" qui confine, sans cesse, au concept de "dote et antidote", une telle paupérisation d'une bonne partie de nos compatriotes, une telle insécurité et une telle violence du quotidien que le règne de la pensée unique s'évertue à glisser sous le tapis, tout en nous interdisant d'avoir outrecuidance d'évoquer ce que nous voyons et subissons.

Depuis des années, la gauche, dans ses diverses déclinaisons, et ses élus, en leurs grades et qualités, réfutent, par un clientélisme électoral revendiqué, l'impact d'une immigration incontrôlée et ses conséquences "pour ne pas faire monter le Front National" avec pour résultat pervers de lui assurer un boulevard électoral pour les scrutins à venir.

A la longue, il leur devient de fait particulièrement difficile de cacher au peuple ce que celui-ci vit au quotidien, de lui répéter, tel un mantra, qu'il ne s'agirait que d'une impression, et de continuer à nier ces "faits divers" à force d'en devenir une triste litanie, tout en dénonçant par avance la récupération politique que pourra en faire, tour à tour et successivement, la droite, l'extrême droite puis, depuis peu, une "ultra droite", inventée et fantasmée de toute pièce, pour faire bonne figure.

Je reconnais qu'il m'est infiniment plus agréable de croiser, à 23 heures, sur le trottoir, trois hommes en "costume-cravate-attaché-case" que trois gamins, ou prétendus tels, qui, eux, déambulent en "survet-noir-capuche-baskets"... Que l'on me jette la première pierre si le simple fait d'être simplement prudent signe l'adhésion à un quelconque parti qualifié d'extrême droite ou, pour prendre un autre exemple, je mets au défi un quelconque de nos nombreux chantres de l'immigration de laisser sa fille de 15 ans prendre, en soirée et surtout seule, la ligne B du RER, branche nord... Chiche, camarade ?

J'ai mis à profit ces nombreux mois pour prendre un peu de recul et observer l'état de notre beau pays. Conflits sociaux "larvés" qu'une simple étincelle pourrait [pourra] généraliser, une baisse de l'inflation revendiquée qui, telle la ligne de l'horizon, n'est jamais atteinte, des médias tentant de concurrencer Messmer et ses numéros d'hypnose collective, un "pognon de dingue" dont on arrose la terre entière mais dont on prive l'Autochtone Hexagonal, des secteurs régaliens ( justice, hôpital, santé, armée, éducation ) qui seront bientôt contraints de faire la manche pour boucler leurs fins de mois, une AME qui représente environ mille ( 1000 ! ) scanners à comptage photonique pour lesquels il s'avère nécessaire de recourir à nos dons faute, pour l'AP-HP, d'avoir de quoi en acquérir un seul, une Europe qui, d'élargissement en élargissement, va atteindre sa "masse critique" et exploser en plein vol, des prélèvements sociaux et fiscaux qui nous assureraient la Médaille d'Or, toutes catégories, si cette discipline Olympique existait...

Laissons pudiquement de côté les scories d'une gestion COVID calamiteuse, celle de incommensurable sottise de la fermeture des centrales nucléaires, centrales qu'il faut aujourd'hui ré-ouvrir en catastrophe et dont il est de plus impératif d'augmenter le parc après en avoir tué la filière, et ce dans le seul but de grappiller quelques voix d'écolos qui, eux, se sont empressés de claquer la porte une fois le crime commis, un État qui décide de tout pour nous, au nom de notre intérêt, bien sûr, mais qu'on le veuille ou non à l'image de cette proposition saugrenue, de novembre 2022, limitant à quatre vols avion par vie (!!) et reprise gaillardement par ceux qui boufferaient leur quota en quelques semaines à peine...

Dans la droite ligne de cette légiférite aigüe, un jour ou l'autre, il sera promulgué une loi par laquelle les rapports sexuels seront autorisés du vendredi soir, 21h, au dimanche, même horaire, mais, comme la France est un pays de liberté, les autres jours ou horaires seront, bien évidemment, envisageables mais taxés via une déclaration CERFA à produire mensuellement, ceci procurant l'avantage corollaire de créer des emplois d'agents assermentés pouvant procéder à des contrôles inopinés.

Connexion