Vendredi, Septembre 30, 2022
   
Taille

Recherche

Un petit pas pour les baigneuses...

...un grand pas pour l'islam politique.

burkini
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

En effet, depuis quelques jours, le burkini est autorisé au sein de la piscine de Grenoble. Je note que j'aurais dû éviter le mot "sein" et préférer la locution "à l'intérieur", mais c'est trop tard !

Une décision qui ne va pas manquer d'occuper les diverses associations militantes, favorables ou opposées, les médias, le Conseil d'Etat, quelques avocats et juristes en quête de publicité et tant d'autres qui ressentiront l'envie d'exposer leurs positions mais qui, tous, argumenteront sur le concept de "liberté".

Les uns l'estimant, par définition, "sans limite", tandis que quelques autres tenteront de rappeler qu'elle s'arrête à celle des autres avec un argumentaire qui les feront aussitôt clouer au pilori de l'islamophobie, du racisme, de la xénophobie et, bien sûr, du fascisme et d'une évidente Zemmourisation des esprits.

Des échanges de points de vues qui, je n'en doute pas une seule seconde, seront tout sauf sereins, respectueux, constructifs et bien plus proches d'une dissertation sur le sexe des anges qu'un rappel au fondamental que constitue l'aspect purement sanitaire du problème et qui, sous cet angle, devrait, avec un minimum de bonne foi, emporter l'adhésion de tous.

Je me suis, un jour, vu refuser l'entrée de la piscine de Trouville au prétexte que mon maillot n'était autre qu'un "boxer short", et parfaitement propre, je vous l'assure, néanmoins, je n'ai pas pu entrer.

Inutile de préciser que je n'ai pas fait d'esclandre, que je n'ai rien cassé et que l'A.D.B.S. ( la célèbre "Association de Défense des Baigneurs en Short" ndlr ) n'est pas venue m'épauler ni me prêter main forte. Que voulez-vous, à plus de 70 ans, on ne se refait pas, c'est interdit et, somme toute, les raisons invoquées me paraissent bonnes, alors j'en ai pris tout à la fois acte et mon parti.

Face à ce qui consiste, d'une manière ou d'une autre, à afficher "ostensiblement" son appartenance à une religion ou, pour le moins, à en respecter les préceptes, je me demande si je ne vais pas proposer à un de mes amis, curé de son état, d'en référer au Diocèse, avant un Concile, afin d'obtenir le droit, voire même le devoir, d'aller à la piscine et de s'y baigner en "SoutAqua ®", c'est à dire en soutane de baignade. Quant à nos bonnes soeurs, qu'elles se rassurent, je ne les oublie nullement, une cornette ad'hoc, la "SwimCornet ®", remplacera avantageusement le banal bonnet de bain puisqu'il demeure, lui, obligatoire pour les femmes.

 

Connexion