Mercredi, Mars 20, 2019
   
Taille

Recherche

1er janvier 2012, les voeux du site !

A l'aube de cette nouvelle année ...

 
Formulons les vœux habituels de joie, bonheur et santé, bien évidemment et pour nous tous, sans exception.

Mais aussi, d'une manière plus structurelle, formulons aussi celui de voir nos dirigeants et candidats parler, enfin, avec le langage du cœur et de la raison et surtout pas celui, parfaitement stéréotypé, de l'élection à venir. Que tous aient envie du pouvoir, c'est compréhensible et même tout à leur honneur, et je le leur laisse, sans jalousie aucune, mais nous sommes dans une situation économique particulièrement délicate et les effets de manches ne sont plus de mise et, s'il ne s'agit que de manches, il ne reste plus qu'une solution, celle de les relever.

Nous payons, et allons continuer à le faire, quarante ans durant lesquels, faute de courage politique, nos dirigeants successifs, toutes couleurs confondues, ont hypothéqué notre avenir en laissant vivre notre Pays à découvert, en achetant nos suffrages avec de nouvelles dettes, en appliquant la philosophie du "jusque là tout va bien" et en ayant "Faustisé" notre Économie en l'ayant vendue au Diable, un Diable qui, maintenant, vient, à juste titre, réclamer son dû.

Quarante ans depuis lesquels de sottises économiques à l'image des 35 heures et d'une retraite à 60 ans criminelles, toutes deux, pour notre compétitivité et nos comptes sociaux, en un regroupement familial créant l'équivalent d'une nouvelle ville de Rouen chaque année, en passant par une Aide Médicale d’État qui, dévoyée de sa justification initiale, voit ses comptes exploser et achève de bénéficier plus à des situations irrégulières alors que l'on a plein la bouche du fait que les "autres", eux, hésitent à se faire soigner faute d'en avoir les moyens, sans oublier des aides aux pays d'un tiers-monde dont nous finirons par faire partie...

... "Occupe-toi des pauvres de ton village avant de t'occuper de ceux du village d'à côté"... dit le Talmud tandis que la Bible, elle et afin de réconcilier tout le monde, l'exprime sous une autre forme, celle d'une "Charité bien ordonnée qui commence par soi-même."

En un mot, et en deux souhaits, je souhaite que le budget de la France ne soit plus, à partir de l'année qui commence, à l'image de ce panier percé et, également, que les Français, en avril, ne jettent pas trop vite le bébé avec l'eau du bain en oubliant que le seul qui tente, parfois difficilement face aux blocages de ceux qui en croquent, d'infléchir cette dérive, et qui bien évidemment en paye lourdement les conséquences, n'est autre que l'actuel Président.

Certes, il y a encore beaucoup à faire mais l'avenir est trop sombre pour que je renonce, une fois n'est pas coutume, à me rendre coupable, aux yeux de certains, de donner dans la Sarkophilie primaire.

Connexion