Samedi, Février 22, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Reconnaissance du principe des "class actions" ou actions de groupes.

Posté par le dans Transparence 2.0
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 6382
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

Proposées depuis des années par l'Europe, mais sans cesse repoussées par Bercy et le MEDEF, il serait grand temps, pour équilibrer les pouvoirs, qu'elle fassent partie intégrante de notre vie Citoyenne et de notre "culture" puisqu'elles ont fait leurs preuves partout où elles sont autorisées.

Si le principe du "pas de préjudice... pas d'action" est constant en droit Français, dès lors que nous en subissons un, aussi minime soit-il, l'action en Justice doit être la règle, qu'il s'agisse du secteur "privé" mais aussi, et peut-être surtout, du secteur "public" voire Politique.

Sans revenir sur quelques affaires symboliques, à l'image de celle de l'appartement du fils de Juppé, de celui de six cents mètres carrés de Hervé Gaymard, de la dispendieuse gestion de l'épidémie de grippe A, du milliard débloqué pour aider aux printemps arabes ou encore, pour changer de bord politique et équilibrer les turpitudes, celle de la fille naturelle de François Mitterrand, de son hébergement et de sa sécurité assurés au frais du contribuable ou, encore, de l'effacement d'une partie de la dette de certains pays du tiers-monde, chacune aurait été suffisante pour justifier une action de groupe.

A l'image de la "peur du gendarme", le but n'est pas de sanctionner mais de voir se réaliser une certaine prévention.

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion